Le plagiat de la Recherche scientifique
Accueil du site > Colloque > Résumés des contributions > Résumé : H. Maurel-Indart

Résumé : H. Maurel-Indart

dimanche 30 octobre 2011, par Plagiat-Recherche

Suite au colloque des 20-21 octobre 2011 du ’plagiat de la recherche", nous avons décidé, en attendant la publication des "actes" (lextenso, 2012), de produire ici-même les résumés des interventions ....

« De l’emprunt servile à la réécriture créative », par Hélène Maurel-Indart

Le plagiat, terme qui relève du domaine de la critique littéraire et artistique, se tient entre l’emprunt servile et la réécriture créative. Les frontières du plagiat sont donc marquées, d’un côté, par la contrefaçon, terme juridique désignant le délit de reproduction illicite, et de l’autre côté, par la création originale, marqué de l’empreinte personnelle de son auteur. Le plagiat ne devient une contrefaçon que dès lors qu’il atteint le degré de gravité propre au délit. Nous examinerons les critères qui permettent de déterminer ce degré de gravité ; cependant, nous montrerons aussi que lorsque l’emprunt servile échappe à la qualification de contrefaçon, il soulève des questions de déontologie qui dépassent la stricte réglementation juridique, du moins dans son état actuel.

| Espace privé] | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0