Le plagiat de la Recherche scientifique
Accueil du site > Liens utiles > Une journée de "Lutte contre le plagiat" : le 19 novembre 2012 à l’UCL (...)

Une journée de "Lutte contre le plagiat" : le 19 novembre 2012 à l’UCL (Belgique)

vendredi 9 novembre 2012, par Plagiat-Recherche

Transmis par le pr. Koubi :

Le 19 novembre 2012, à l’université catholique de Louvain (Belgique) aura lieu la Première édition de la Journée de la lutte contre le plagiat . L’ université catholique de Louvain (UCL) a en effet décidé de « mettre en lumière, durant une journée, l’ensemble des activités et outils qu’elle a développés dans le cadre de la lutte contre le plagiat ».

Les objectifs de cette journée sont explicités : « L’UCL a conscience qu’elle doit, en tant qu’institution universitaire internationalement reconnue, mettre tout en œuvre pour lutter contre le plagiat. C’est une réalité depuis maintenant de nombreuses années. / Les acteurs de l’université savent que l’UCL se préoccupe de cette question mais ne semblent pas connaître l’ensemble des outils développés et la politique globale menée et qui s’inscrit dans une démarche pro-active et non pas uniquement répressive. / Rassembler la communauté universitaire autour de ce thème, permettre à chacun de mieux comprendre la position de l’UCL, découvrir les moyens techniques mis à disposition, partager les expériences, entendre l’engagement étudiant vis-à-vis de cette question,...sont quelques-uns des objectifs poursuivis par cette journée. »

Ne serait-il pas possible d’envisager une démarche similaire dans toutes les universités de France et de Navarre ? Sans doute faudrait-il pour cela que toutes ces universités accèdent au même niveau de réflexion et qu’elles ne puisent pas dans les tréfonds des aveuglements institutionnels les raisons d’une réticence à sanctionner les plagiats qu’ils émanent des étudiants ou des enseignants [1].

.

Déjà, sur le site internet de l’UCL, un avertissement prévient les étudiants que « le plagiat nuit gravement à la formation ». Le constat est classique : « Depuis quelques années, on observe un nombre croissant de plagiats dans les travaux des étudiants. Les causes en sont multiples et croisées, liées à l’évolution de la société et des technologies. La communauté universitaire se mobilise pour lutter contre ce phénomène qui va à l’encontre de la qualité de la formation des étudiants ».

De toute évidence, la formulation est suffisamment large pour que les enseignants se sentent tout aussi concernés que les étudiants. Cependant les étudiants sont les premiers ciblés. La page de ce site s’affiche comme visant à informer et à outiller les étudiants en deux signets : « pourquoi plagier nuit-il à leur formation ? comment citer correctement ses sources ? » Les enseignants, eux, se distinguent dans trois points : « comment prévenir le plagiat ? comment le repérer ? comment y réagir ? Aucune référence n’est là faite au plagiat dont eux-mêmes pourraient être auteurs le cas échéant. »

La problématique de la journée du 19 novembre 2012, si elle est effectivement conçue à l’endroit des étudiants, ne se limite pas à leurs seuls travaux. Quelques petites sinuosités permettent de repérer le souci d’une validation générale des formations à travers la vigilance des enseignants, à travers la compétence des enseignants.

,

Le programme de la journée du 19 novembre 2012 sur la lutte contre le plagiat enfile plusieurs séries d’actions, plusieurs ateliers d’initiations et la tenue d’un débat virtuel autour de la "peur du plagiat".

D’abord, toute la journée, est prévue une distribution de tracts de sensibilisation dans les auditoires de Louvain-la-Neuve. De ce fait, même les étudiants qui chercheraient à échapper à la problématique s’y trouveront confrontés.

Ensuite, dans un circuit étudiants/enseignants des regards croisés sur le plagiat se joueront en un débat virtuel sur le blog l’IPM. Car l’enclenchement de la dynamique s’entend, sur ce point, à partir du 10 novembre 2012. Dès ce jour, le blog du l’IPM prend pour thématique le "plagiat dans les travaux des étudiants" : « ● Étudiants, que voulez-vous dire à vos enseignants, en matière de plagiat ? ● Enseignants, quels messages pour les étudiants ? Sont attendus des demandes, suggestions, des recommandations, des témoignages… » Ces échanges alimenteront le débat virtuel prévu. Peut-être permettra-t-il « de mieux comprendre les différents points de vue de la communauté universitaire sur cette thématique si importante pour la qualité de la formation. » Mais l’enjeu est bien de détecter et prévenir le plagiat.

Lors d’une séance réservée aux Assistants (8h30-10h30), seront présentés les « moyens que l’UCL met à (leur) disposition pour soutenir une formation de qualité (c’est-à-dire sans plagiat), notamment la possibilité d’utiliser un logiciel d’aide à la détection du plagiat. » Interfère alors une petite incise sur la question du plagiat par les enseignants : « Vous serez davantage outillé(e) pour prévenir et réagir au plagiat dans les travaux d’étudiants que vous encadrez, ou pour vos propres travaux. » Un logiciel dit ’outil d’aide à la détection du plagiat’ [2], fera l’objet d’une présentation et d’une offre de test (13h00-14h00). Les étudiants saisiront ensuite l’occasion de comprendre l’outil utilisé par leurs enseignants et pour les enseignants (14h-16h).

Les bibliothèques de l’UCL sont aussi mises à contribution. Leur participation se traduira dans les salles d’informatique puisque leur sera demandé d’initier les étudiants à l’utilisation d’un "gestionnaire de références bibliographiques pour citer sans plagiat" (13h-13h45). Ceci fait écho au Code de déontologie pour les étudiants en matière d’emprunts, de citations et d’exploitation de sources diverses que l’UCL a intégré dans son règlement des études et des examens.

...

Reste un regret : l’idée d’une certification "0% plagiat" à l’issue du passage d’un document à la moulinette d’un logiciel dont on ne donnera pas là le nom...

..

.

En définitive, de mêmes mises en perspectives pourraient être développées dans le cadre des universités françaises. Notes :

[1] V. l’ouvrage collectif : Le plagiat de la recherche scientifique, Lextenso 2012.

[2] Et dont on connait les insuffisances grâce à Jean-Noël Darde : « Les logiciels ainti-plagiat : détection ? formation ? prévention ? dissuasion ? »

Voir en ligne : http://www.koubi.fr/spip.php?article706

P.-S.

à lire et voir en ligne pour profiter des liens Internet pertinents ...

| Espace privé] | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0